La deuxième édition de l’African Digital Week (ADW), s’est déroulée les 16 et 17 septembre 2021 à Abidjan au Boulay Beach Resort (Île Boulay), sous la présidence de Monsieur Roger ADOM, Ministre de l’Économie Numérique, des Télécommunications et de l’Innovation de Côte d’Ivoire.

Se déroulant en mode phygital, l’ADW 21 a enregistré la participation d’une moyenne journalière de 380 participants en présentiel et de 950 participants en ligne. Soit un total global de 2 660 participants enregistrés en hybride (présentiel et virtuel) sur les deux (02) jours.

2

L’ADW21 a compté plusieurs panels et workshops autour de différents sujets :

1. Les Workshops :

Au nombre de trois (3), ceux-ci ont porté sur :

  • La transformation digitale, un enjeu technique ou culturel (session pour les managers) ;
  • La transformation digitale, un enjeu technique ou culturel (session pour les opérationnels) ;
  • La gestion des données à caractère personnel à l’épreuve du numérique ;

 

6

2. Les Panels:

L’ADW a compté deux (2) panels de haut niveau :

  • L’Afrique augmentée : Oser le numérique
  • L’Afrique augmentée : Regards croisés de Partenaires au Développement

 

Les autres panels au nombre de dix (10) ont porté sur les thématiques suivantes :

  • PANEL 1 : Bâtir le capital humain du numérique
  • PANEL 2 : Cartographier l’écosystème créatif d’innovation pour transformer l’économie africaine. Que faire pour accélérer et monter sur le podium ?
  • PANEL 3 : Financer l'innovation : Quelles formules durables? Quels acteurs en Afrique
  •  PANEL 4 : Le secteur financier à l'ère du digital.
  •  PANEL 5 : Quel environnement juridique pour une saine promotion de l’économie numérique et
  •  PANEL 6 : Cybercriminalité : l’Afrique le nouveau terrain
  •  PANEL 7 : Services et administration public face au digital
  •  PANEL 8 : Les PME et la transformation digitale
  •  PANEL 9 : Bâtir le socle d’une Afrique intelligente par la gestion de ses données et sa souveraineté numérique
  •  PANEL 10 : L’expérience client à l’ère du digital
  •  PANEL 11 : L'agriculture à l'ère du digital
12

Les échanges ont permis de mettre en exergue des préoccupations majeures notamment les suivantes :

  • Retard de l’Afrique en matière d’innovation (Selon l’indice mondial de l’innovation 2020 publié par L’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle, OMPI, seuls 5 pays africains figurent dans le top 100);
  • Faiblesse du cadre réglementaire pour le développement numérique dans la majorité des pays africains ;
  • Faible prise en compte du numérique dans le développement socio-économique des pays africains ;
  • Insuffisance de la prise en compte du numérique dans le développement du secteur agricole ;
  • Faible niveau d'investissement consacré aux infrastructures numériques dans la majorité des pays africains ;
  • Insuffisance du capital humain (compétences) pour le développement du numérique en Afrique ;
  • Faible digitalisation des administrations publiques africaines ;
  • Faible niveau du climat des affaires dans la majorité des pays africains ;
  • Faiblesse du niveau de remboursement des crédits par la population
  • Inexistence de cadre de suivi par le Secteur Privé et la Population des stratégies et des politiques mises en place par les Etats africains.
Plusieurs recommandations fortes issues des travaux de l’ADW’21 ont été proposés:

1. Recommandations d'ordres général :

  •  Centralisation des Services de l’Administration pour un meilleur accès aux entreprises et à la population ;
  • Implémentation d’indicateurs de suivi des stratégies de développement mises en place par les Etats en associant le secteur privé et la population pour le contrôle desdits indicateurs ;
  • Initiation par l’Etat et le Secteur Privé à la mise en œuvre de programmes de formation et d’éducation financières à l'attention des populations africaines pour un développement durable de Mobile Money ;
  • ­Promotion de l’utilisation du numérique pour accroître le développement de l’Agriculture et l’Agribusiness en Afrique.

2) Recommandations pour la mise en place d’un écosystème créatif pour le développement de l’innovation :

  • Création par les Etats d’un écosystème du numérique devant favoriser le développement économique et social des pays africains et permettre ainsi à la population et au Secteur Privé de saisir toutes les opportunités générées par le numérique ;
  • Accélération de la digitalisation de l'Administration afin d'être un levier de développement du numérique en Afrique : e-impôt, obtention de l’acte administratif en ligne, etc.
  • Développement de partenariats opérationnels des investisseurs internationaux avec des acteurs locaux pour l’exécution de grands projets de développement ;
  • Promotion des meilleurs exemples en Afrique et dans le monde pour le développement du digital : Tunisie (Small Business Unit et Start-up Act), Kenya (Développement d'un réseau attrayant avec comme slogan "Let's build the network, they will come"), USA (American First), etc.

3) Pour un financement durable de l'innovation:

  • Initiation de mesures d'incitations fiscales adaptées au développement des start-up dans le numérique de manière spécifique et des autres secteurs d'activité de manière générale;
  • Promotion et vulgarisation de solutions innovantes de financement telles que le crowdfunding, les fonds d’amorçage, les business angels, etc ;
  • Création des clusters financiers pour faciliter la mobilisation de capitaux au profit des startups dans le numérique. Ce type de cluster pourrait être adapté à tous les secteurs pour accompagner l’innovation ;
  • Organisation et dynamisation des structures d’accompagnement des startups en complémentarité avec le financement de ces dernières ;
  • Mise en œuvre de stratégie visant à favoriser le développement de la Fintech dans le financement des activités économiques ;

Le président de l’édition 2021 de l’ADW se réjouissant de cette forte participation a souhaité que d’autres pays puissent prendre effectivement part à l’édition prochaine à la faveur de la levée des restrictions sanitaires, pour une plus grande richesse des débats.